• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robert Lavigue

Robert Lavigue

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2388 0
1 mois 0 61 0
5 jours 0 13 0

Derniers commentaires


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 26 juin 22:02

    @Bernie 2

    Bernard-Henry (avec un y. Il y tient. Ça fait précieux) c’est la quintessence du mastulu ! Comme Proust, il se publie à compte d’auteur.

    Je veux bien prendre votre maso (j’en ai déjà une douzaine, mais j’aime ça) mais en échange de la grand-mère dans la famille de ceux qui se la pètent parce qu’ils sont publiés grâce à la complaisance intéressée du Grand Pimp !


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 26 juin 21:32

    @rosemar

    J’ai décidé de ne plus lire vos commentaires

    Oh la copieuse !!! C’est laid de copier. C’est de la tricherie ! J’espère que vous allez être punie...
    http://www.agoravox.fr/commentaire4943704

    Et comme nous le disait une prof géniale qui nous a appris que tout le monde pouvait aller dans un musée :
    Au moins, si vous copiez, copiez sur quelqu’un d’intelligent !


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 26 juin 20:12

    @toussapoursa

    Pour Monsieur l’auteur, tout ce qu’il ignorait ne peut qu’être ignoré de tous et tout ce qu’il ignore encore n’a pas d’intérêt !

    C’est le principe de base du mastulu mitoyen (la version 2.0 du sorbonicole ?)...
    Et c’est son fonds de commerce. Alors, soyez sympa et ne lui cassez pas la baraque (à frites ?).

    C’est qui votre Carol Heitz ? Un tout petit joueur qui n’a publié que quelques dizaines d’articles.


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 26 juin 11:30

    On vous a piraté votre compte ou c’est un moment de faiblesse ?
    Enfin un billet intéressant... une fois retiré toutes les fadaises mitoyennes !

    Par exemple :
    Je souhaitais honorer la mémoire d’un grand homme, un de ceux que les historiens, les honneurs, les politiques ont décidé d’oublier ou simplement d’ignorer l’existence.

    Le site du département du Loiret consacre une page à Théodulf. Ce n’est pas grand chose, mais c’est un début.
    http://www.loiret.fr/theodulf-eveque-d-orleans-figures—1389.htm

    Que vous ignoriez à peu près tout ce qu’on pu écrire les historiens, c’est normal, compte tenu de votre parcours et de votre statut de phraseur mitoyen.

    Cependant, Théodulf (ou Théodulfe) est loin d’être l’inconnu que vous feignez de faire découvrir. Il a fait l’objet de plusieurs ouvrages, ses oeuvres ont été publiées et il est cité dans des centaines de papiers (au moins 1 000 si j’en crois google scholar. Je n’ai pas vérifié dans une base de données universitaire, j’en trouverai probablement le double).

    Pour les maîtres de l’église en 790, la Terre n’était pas encore plate
    Recopier mille fois la même imbécillité n’en fera une vérité que dans le milieu des incultes mitoyens.
    Il y a une conférence d’Umberto Eco sur ce sujet (dans Construire l’ennemi). Les deux seuls auteurs a avoir cru que la terre était plate étaient Lactance (IVème siécle) et Cosmas Indicopleustès (VIème siècle), soit bien longtemps avant Charlemagne. L’un et l’autre n’ont jamais eu aucune autorité, au sens médiéval du terme.
    TOUS LES AUTRES AUTEURS CHRÉTIENS, qu’ils soient géographes ou théologiens, ont professé la sphéricité de la terre pendant tout le Moyen Age.
    Le traité d’astronomie de Joannes de Sacrobosco (XIIIème siècle) Tractatus de Sphaera Mundi, utilisé dans toutes les universités médiévales démontrait que la terre était plate.


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 25 juin 16:14

    @rosemar

    Non, l’image dans un exposé littéraire, ne se suffit pas à elle-même : il faut la commenter, donner des exemples, argumenter, informer....

    Je pouffe !

    @ Pie 3,14
    Vous pointez le fond du problème.
    1) A propos de Vivian Maier. Aujourd’hui, elle accèderait probablement à la notoriété grâce à d’autres réseaux que ceux qui faisaient la notoriété à son époque.
    Notons au passage que les pédagogos ont été de tous temps exclus de ces réseaux. Ils n’interviennent que 30 ans plus tard. Vers 1870, l’ancêtre de Péronnelle des Calanques commentaient bêtement les oeuvres des (mauvais) Pompiers.
    Le problème de Péronnelle des Calanques et de ses congénères, c’est qu’ils n’ont plus aucune crédibilité comme prescripteurs, tant leur médiocrité est devenue visible.

    2) Péronnelle des Calanques et ses congénères, limités intellectuellement et largués technologiquement, sont incapables de remplir leur fonction.
    Le problème ce n’est pas les réseaux sociaux, mais l’usage que l’on en fait. Plutôt que de débiter des niaiseries, ils devraient enseigner leur bon usage.
    Ils en sont bien incapables. Mais, en plus, ils perdraient l’illusion de leur dernier pouvoir. Celui de dire le Vrai-Vrai, le Bon-Bon et le Bien-Bien.

    Si Péronnelle des Calanques avait le plus petit soupçon d’intelligence, elle imposerait à ses élèves de s’abonner au fil instagram du New York Times (plus de 4 millions d’abonnés) ou du Monde (314 000 abonnés), par exemple. Et elle s’assurerait que ses élèves les consultent.

    Sur celui du Monde, à l’heure qu’il est, il est question du sourire ou d’Olga Khokhlova... Une terra incognita dans l’univers limité et sordide des salles de profs incultes.







Palmarès